Entretien avec Faty Ly, reine de la céramique

La première fois que j’ai posé mon regard sur les créations en céramique de Faty Ly, j’étais fascinée. Fascinée par les couleurs, l’originalité et les choix graphiques. Plus qu’une marque, Faty Ly c’est avant tout un esprit créatif, aux nombreuses influences culturelles et forgé par ses voyages à travers l’Afrique et l’Europe.

Dress & Toast a voulu en savoir plus et est allé à la rencontre de celle qui se définit comme une designer culturellement engagé, en attendant de la retrouver du 29 avril au 1er mai pour la onzième édition de Gorée – Regards sur cours.

Faty Ly Céramique

Qui est Faty Ly ?

Faty Ly est  une femme africaine, une designer céramiste animée d’une volonté d’immortaliser le portrait des cultures africaines.

Quelle est l’histoire de Fatyly Ceramics ?

L’histoire de Fatyly Ceramics a débuté à la fin des années 90 au Burkina Faso dans la ville de Bobo-Dioulasso où j’ai eu la chance de tisser des liens avec une potière. Cette dame aux doigts de fée a facilité ma passion, celle de l’argile par le travail de formes graphiques et culinaires. Une passion pour le savoir-faire qui se concrétise par une formation en céramique industrielle en Angleterre puis un retour au Sénégal où la marque Fatyly a vu le jour en 2015.

Comment t’es venue ta passion pour le design ? Pourquoi avoir choisi de travailler la céramique parmi tant d’autres matériaux ?

Je pense que la céramique et le design m’ont trouvée ou choisie. L’un est un matériau, l’autre un processus qui favorisent la résilience et l’humilité.

Je réfléchis à cette question surtout quand je suis confrontée à des challenges. Pourquoi la céramique ? Une première explication est que j’ai grandi dans un environnement où l’art et le savoir-faire artisanal était valorisés. Une grand-mère qui collectionnait beaucoup de sculptures d’Afrique Centrale et de la poterie ; et une mère qui était très manuelle. Une autre explication est que je suis originaire d’une région pastorale avec des grands parents éleveurs, un père géologue. Peut-être m’ont-ils transmis leur passion de la terre.

Je pense que je suis de passage pour laisser mon empreinte sur la céramique quelle qu’elle soit.

Faty Ly Céramique

Quelle est ta conception de l’art de vivre ?

L’art de vivre consiste à s’entourer de choses et de personnes qu’on aime, à savourer le moment et aussi à se créer des possibles.

Quel est ton spot préféré pour dénicher les meilleures tendances déco à Dakar ou ailleurs ?

J’en ai plusieurs ! À Dakar, je dirais que ce sont des lieux assez différents comme la rue avec ses artisans aux multiples talents, les boutiques d’antiquaires ou encore la galerie d’art. À Ouaga, j’aime passer du temps au village du SIAO, à Londres le Spitafields Market qui regorge d’innombrables trésors.

Faty Ly Céramique

Quand on regarde tes créations, l’Afrique et la femme africaine sont des thèmes que tu aborde énormément. Est-ce un choix artistique, engagé ou un pur hasard ?

Non, je ne pense pas que cela soit un pur hasard d’autant plus que je ne crois pas au hasard. Comme je le disais plus haut, c’est la céramique qui m’a choisie et je suis passionnée par la valorisation du patrimoine culturel africain à travers le design et les savoirs faire. Je me vois plutôt comme une designer culturellement engagé.

Ces dernières années au Sénégal, on remarque un véritable engouement pour l’art et la création – très souvent porté par de jeunes Sénégalais qui, en plus d’y porter un intérêt, exposent leur affection aux yeux du monde grâce aux réseaux sociaux. Quelle est ta perception de cet engouement, qu’est-ce que cela t’inspire ? Comment le vois-tu se développer dans les prochaines années ?

Ce qui se passe actuellement est assez intéressant car on est passé de la création informelle à une émergence de talents couplée à l’esprit d’entreprise. Ces jeunes générations intègrent dans leur démarche, grâce à la technologie, une communication multicanale qui leur permet de toucher les clients et de créer leurs communautés. Aujourd’hui, les jeunes talents ont la possibilité d’interagir avec leurs communautés et de permettre à leur marque d’atteindre de nouveaux marchés et surtout de faire rayonner leur marque plus que jamais. Dans les prochaines années, nous assisterons à des marques de plus en plus connectées et qui valoriseront l’expérience du client et celle de la communauté à travers toutes sortes de plateformes multi médias.

Faty Ly Céramique

Y-a-t’il des collaborations en vue avec d’autres artistes ? 

Pour le moment je me concentre sur la marque Fatyly et surtout lui créer des possibles autour de la céramique.

Tu te définis parfois comme une foodista, ce qui est notre cas aussi 😉 , pourrais-tu partager avec nous ta table préférée à Dakar ?

Ma table préférée est la mienne et celle de quelques amis foodista. Par contre, j’attends avec impatience la table dakaroise qui nous offrira une cuisine africaine revisitée et surtout imaginative.

Faty Ly Céramique

Quelle est, selon toi, la principale qualité d’une bonne maitresse de maison ?

La notion de bonne maîtresse de maison est très relative et évolue avec le temps et les contextes. Toutefois, je dirai que les rôles de la maîtresse de maison sont très divers, ils vont de l’éducation des enfants à la tenue de la maison. Je pense que créer des rituels, construire un art de vivre en famille peuvent contribuer aux qualités d’une bonne maîtresse de maison. J’ajouterai également que la femme doit aussi se créer des espaces de liberté.

Où peut-on trouver les articles Fatyly Ceramics ?

Aujourd’hui les produits Fatyly Ceramics sont distribués dans 3 capitales africaines. À Dakar, au Terrou-Bi et au Layu ; à Abidjan à l’Hôtel Particulier ; à Lagos à Alara et à New-York chez Weendu Studio.

Crédits photos :

Portrait Faty Ly : Jean Claude Thoret

Collection « Les Sappeuses » : Layepro

Collections « B…comme Baobab » et « Nguka » : Franck Boyer

Suivre:

2 Commentaires

  1. 27 mai 2017 / 21 h 11 min

    Waw ! Tes photos sont très inspirantes, tout comme l’article. Jolie découverte !
    Bisous

    • dressandtoast
      29 mai 2017 / 17 h 12 min

      Merci beaucoup Keshia. Ravies que l’article et le blog te plaisent 🙂
      Bisous <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *